• Rue F x David Diop – Fann Résidence – BP 25 242 Dakar-Fann
  • (221) 33 869 07 51
  • ageroute@ageroute.sn

Présentation du réseau routier

carte routiere senegal


Le réseau routier est réparti en réseau classé et en réseau non classé. La loi n°74-20 du 24 janvier 1974 et son décret d’application n°74-718 portent classification du réseau routier national et fixent le régime domanial de ce réseau. Ainsi, le classement administratif distingue cinq (5) classes de routes dont la hiérarchie est la suivante :

- les routes nationales (N) qui assurent les liaisons à grande distance entre plusieurs régions administratives ou avec les Etats limitrophes ;
- les routes régionales (R) qui assurent la liaison entre différents chefs – lieux de département d’une même région ;
- les routes départementales (D) qui assurent la liaison entre différents chefs-lieux d’arrondissement ou de communautés rurales à l’intérieur d’un même département;
- les voiries urbaines (VU) qui assurent les liaisons à l’intérieur des centres urbains ;
- les pistes répertoriés (P) qui relient les routes départementales aux centres de production agricole ;

Le reste du réseau constitue le réseau non classé.
Le réseau routier du Sénégal est, en 2005, de 14.805 km. Ce réseau comprend 10.000 km de routes non revêtues et 4.805 km de routes revêtues. Lorsqu’on ne tient pas compte des routes qui n’ont jamais fait l’objet d’aménagement (5 786,2 km de routes en terre), ce linéaire passe à 9 018,8 km et est réparti comme suit:


- Routes revêtues : 4 805 km (53,3%)
-
Routes en terre : 4 213,8 km (46,7%)

Il en ressort de l’analyse du réseau que le système routier sénégalais semble être déséquilibré; l’essentiel du réseau classé est situé à l’ouest d’une ligne allant de Dagana à Kolda. Mais, dans les circonstances actuelles, ce déséquilibre n’est toutefois qu’apparent.

En effet, la concentration du réseau routier revêtu aux alentours de la région de Dakar et dans les régions de l’Ouest s’explique par la forte concentration de la population et des activités commerciales ; cette partie du territoire regroupe 65 % de la population totale et 93 % de la production commerciale. A l’inverse, le réseau routier non revêtu, composé principalement de pistes et de départementales, se trouve largement dans les régions de l’Est et du Centre.

En ce qui concerne les pistes, leur répartition spatiale entre les régions est assez équilibrée en dehors de la région de Dakar et Ziguinchor.
Le réseau routier classé est sous la responsabilité de l’Etat et le réseau non classé, situé dans les agglomérations urbaines, est géré par les communes.

Depuis l’indépendance, le réseau routier classé était sous l’administration de la Direction des Travaux Publics (DTP) du Ministère de l’Equipement et des Transports Terrestres. Mais suite à une réforme intervenue dans le secteur des routes, l’AGEROUTE a reçu délégation pour la maîtrise d’ouvrage déléguée sur le réseau classé. Elle est notamment chargée de la mise en œuvre des travaux de construction, d’entretien et de réhabilitation du réseau routier à la charge de l’Etat dit « réseau routier classé ». Elle prépare les programmes d’entretien et attribue les marchés de travaux et d’études selon ses propres manuels de procédures. Les marchés d’entretien routier concernent les travaux décrits ci-dessous.


Type de travaux Description
Entretien courant Entretien et réparations localisées des chaussées, et de leurs dépendances pour le maintien ou le rétablissement du niveau normal de service pour le trafic et la circulation.
Entretien périodique Entretien et réparations des chaussées et de leurs dépendances par la correction des dégradations et le rétablissement des caractéristiques initiales.
Réhabilitation et renforcement Travaux de remise en état ou reconstruction des chaussées (revêtement et assises) et de leurs dépendances pour adapter les performances structurales à l’évolution du trafic.

Les sources de financement des travaux routiers y compris les travaux d’extension du réseau sont essentiellement le Budget National d’Equipement (BNE), le Fonds Routier et les financements extérieurs.
Le Budget National d’Equipement et le Fonds Routier proviennent du budget général de l’Etat.

Le BNE est une dotation destinée à la promotion de l’activité économique et sociale approvisionné par des emprunts extérieurs ; dans le secteur des routes, il sert à couvrir les contreparties des financements extérieurs et les travaux d’entretien périodique et de construction de routes neuves.

Le montant annuellement alloué au Fonds routier, administré par l’AGEROUTE et géré par la Direction de la Dette et des Investissements du Ministère des Finances, s’élève actuellement à 15 milliards de Francs CFA. Il est affecté à l’entretien des routes.

Les ressources extérieures (subventions et emprunts) servent à financer les travaux de construction des routes neuves, les travaux de renforcement des routes existantes et les travaux d’entretien périodique.